Interview du Président du Comité Régional Région Sud PACA sur Provence Azur Cyclisme News.

Interview du Président du Comité Régional Région Sud PACA sur Provence Azur Cyclisme News.

Christian Lazarini, président du Comité régional

« On ne peut pas reporter toutes les épreuves, on n’a pas assez de week‐ends »

Toutes disciplines confondues, les épreuves prévues au calendrier régional pourront-elles se tenir ?
« Sur les épreuves nationales, mis à part la manche de Coupe de France N3 organisée par la Pomme et le challenge France BMX de Draguignan reportés à l’année prochaine, toutes les autres épreuves sont pour l’instant maintenues à l’exemple de la manche de Coupe de France VTT de Luminy prévue en mars et reportée en octobre. Le Comité a proposé des reports, on attend le feu vert de la FFC, sous réserve que l’UCI n’organise pas une coupe du monde le même jour qu’une Coupe de France.
Au niveau régional, les épreuves qui devaient se dérouler en mars, avril et mai ont été annulées. Pour celles prévues jusqu’à la fin de saison, avec ce que les organisateurs entendent sur l‘organisation du déconfinement, beaucoup me disent qu’ils vont reporter leurs courses en 2021. Mais à ce jour, très peu de clubs ont annulés officiellement par écrit leur épreuve. »

Refaire un calendrier ne doit pas être facile…
« Rebâtir un calendrier ce n’est pas évident.., car on défait et on refait à chaque fois sans savoir où l’on va. Je prends l’exemple du Tour PACA juniors. A ce jour on en est aux quatrièmes propositions de dates. De juin, on est passé à juillet. Mais quand nous appelons les hôtels, les gérants nous répondent qu’ils ne savent pas s’ils seront autorisés à nous accueillir. Donc pour l’heure on est en train de voir de repousser le Tour PACA fin août début septembre. »

Un Tour Paca juniors en septembre est‐ce réellement possible ?
« C’est notre interrogation. En juin, sans épreuve fédérale en concurrence, on a refusé du monde en limitant le peloton à 130 coureurs. Sur l’étape 3, on avait 180 engagés. En reportant le Tour PACA en septembre, on ne sait pas s’il y aura encore beaucoup de juniors motivés… Avec les organisateurs et les départements, nous sommes est en train de caler des dates en août et début septembre que l’on va proposer à la FFC et là, si ça ne passe pas, à ce moment là on reportera à l’année prochaine. On n’est pas des magiciens, personne n’est magicien.

Et concernant les autres épreuves ?
« Les championnats régionaux auront lieu en octobre. Les championnats minimes et cadets sur route pour le moment sont maintenus le 5 juillet à Pontéves. Pour les écoles de vélos, route et VTT, on rebâtit un calendrier plus restreint. Mais on ne peut pas reporter toutes les épreuves, on n’a pas assez de week-ends. Pour les cyclosportives, les grands rendez-vous, Bosses de Provence, Granfondo Nice, Challenge du Ventoux et Sainte-Victoire auront à priori lieu à l’heure à laquelle nous nous parlons. Seule les Boucles du Verdon sont annulées ».

Avec un calendrier route et VTT concentré sur trois mois, le calendrier cyclo-cross sera-t-il modifié lui aussi ?
« A une semaine prêt, le calendrier de cyclo-cross démarre fin octobre, donc cela ne devrait pas poser de problème pour la région ».

Les organisations d’épreuves, à travers les droits d’organisation, sont la recette principale du Comité. Cette saison particulière aura-t-elle un impact financier sur le budget déjà fragile du Comité ?

« Bien sûr, pour le comité régional, en produits propres, cela nous met à genoux, c’est clair. Je me refuse aujourd’hui à faire un calcul qui va me traumatiser. Alors que l’on avait prévu un budget correct, comme pour la FFC, les finances du Comité vont être mises en mal. Mais je me refuse de prendre la machine à calculer pour chiffrer la perte et le déficit. Je préfère me battre pour remettre en selle les organisations ».

Quid des élections à la présidence du Comité Paca prévues en fin d’année ?

« Aujourd’hui c’est le Ministre des sports et le CNOF qui vont décider s’il y a les élections dans les fédérations. La décision appartient à madame le Ministre ».

Tout comme pour le président de la FFC Michel Callot, Christian Lazarini souhaite que les compétitions reprennent au plus vite. Il va de la survie du cyclisme.

Menu